Rechercher
  • Audrey Chevalier

Mercure rétrograde : Samhain ou le voeu du silence

Dès le 1er novembre et suite à la nuit de Samhaïn, Mercure enclenche la dernière rétrogradation de l’année. C’est en Scorpion cette fois qu’il l’abordera et ce pour les trois semaines à venir, il nous obligera à mesurer la portée de nos paroles et de se fier davantage à notre instinct. Mercure rétrograde dans le signe le plus complexe du zodiaque et au lendemain d’une des nuits les plus sombres de l’année n’est en rien anodin. Se rapprochant progressivement de la Terre, son énergie se déploie comme les ailes de l'aigle, obligeant les hommes à faire face à un sentiment d'injustice. Colère, agacement, tristesse seront les premières strates émotionnelles à conscientiser.


L’ouverture de conscience passe par les émotions Mercure termine ainsi le Triangle d’Eau abordé depuis mars dernier. 2019, de par les rétrogradations de Mercure dans les signes d’Eau, était donc une année qui nous poussait à reconfigurer nos croyances. Mercure, nous le savons, régit notamment le mental, structure on ne peut plus nécessaire à l’incarnation terrestre. Mais quand Mercure entame ses boucles de rétrogradation dans les signes d’Eau, il nous met alors face aux mensonges construits de toute pièce par l’ego et ses faux prophètes. Au printemps donc, lorsque Mercure retrogradait en Poissons, il semait la confusion dans des esprits parfois un peu trop critiques ou à l’inverse, facilement floués. En juin, il visitait alors le Cancer afin de faire émerger la part émotionnelle et vulnérable encore en jachère dans la troisième dimension. Enfin, et à ce jour en Scorpion, signe des mutations profondes, il pousse l’être en quête d’évolution que les schémas et autres croyances accumulés depuis toujours ne peuvent subsister dans la cinquième dimension. En cela, il éveille la nostalgie de l’âme qui se remémore alors l’étape Bélier-Taureau : la séparation d’avec l’Utérus Cosmique. Séparation qui vaudra au fil des siècles de dissocier les mondes matériels des mondes invisibles et dont chaque âme jumelle porte la croix ; la flamme jumelle – l’énergie qui relie les deux âmes - venant brûler cette mémoire ancestrale. C’est alors, et de par le processus de rétrogradation, que Mercure emprunte une voie somme toute plus subtile et royale pour faire ce peut : celle de l’inconscient. Il nous rappelle alors que chaque croyance est indubitablement reliée aux émotions et que ce sont par leur expression, que nous sommes en contact avec notre vérité intérieure et que nous entrons sur la voie de la conscience. Voilà qui pourra déplaire à nos amis Gémeaux dont la réflexion éparse les éloigne souvent de leur centre. Mais le Scorpion pour les Gémeaux et pour les Béliers, s’avèrent être un lieu thérapeutique nécessaire à leur évolution.


Les vœux de la sorcière En parallèle à tout cela, la sorcière, à l’approche de Samhain, ne saurait être en reste devant les facéties du dieu mercurien. Par ailleurs, Samhain, fête celte par excellence, est une porte qui s’ouvre entre les mondes terrestres et les mondes invisibles et la rétrogradation de Mercure nous rappelle que cela se passe de mots. Mais est-il vraiment question de porte ? Non, la sorcière aguerrie le sait pertinemment et elle n’a nul besoin de portail pour concilier deux mondes entre eux. Elle sait que l’un vit déjà en elle et que la matière n’est que l’expression de son spectacle intérieur. Rebelle et amante de tout et de toute chose, la sorcière vêtue de sa cape de velours, sait se frayer un chemin dans les abysses de la forêt profonde. Elle est très au fait d’elle-même et sa conscience l’éclaire sur le chemin de l’éternelle résurrection. À chaque minute de sa magique existence de femme indépendante, elle ressent cette puissance immense de l’âme qui grandit en elle. Avisée et femme de verbe, elle connaît alors le pouvoir des mots et aucunes de ses allocutions ritualistes ne sauraient être prononcées par hasard, que l’homélie énoncée sans âme ne connaît aucun interlocuteur fiable, seulement des brebis égarées. C’est pourquoi, la sorcière se replie dans le silence plutôt que de proférer des paroles dépourvues de sens. Elle privilégiera le Son primordial venu tout droit du Cosmos sans même chercher à l’interpréter ni à définir le tempo de cette valse cosmique ; le Divin se charge de guider chacun de ses pas. Il règne alors dans cette atmosphère de Samhain quelque chose de magnétique que la sorcière se préserve bien de traduire par des paroles, elle la vit et la vibre tout simplement. Cependant, et devant l’amplitude de sa connaissance, Mercure rétrograde qui ne connaît que trop bien les faiblesses de l’ego, la met alors au défi : « Crois-tu que ces deux mondes soient irréconciliables ? Comment vivras-tu cette période où naissent les faux prophètes ? Comment vivras-tu leurs paroles mensongères quand tu comprendras qu’ils attirent dans leurs toiles les pèlerins en quête de réconfort ? Souhaiteras-tu rétablir justice ou te murer dans le silence ? »



Mercure rétrograde en Scorpion nous pousse à faire vœu de silence. C’est une période où l’instinct est décuplé mais les mots viennent à manquer, l'on ne sait quelle voie emprunter et parfois l'on se fourvoie sur soi et sur le monde. Quelque chose se trame en soi sans qu’il soit possible d’en définir les contours. Pour les êtres sur la voie de la transmutation, le moment est venu de mettre un terme aux croyances limitantes et d’autant plus aux pensées magiques qui régissent les mirages des courants New Age. Pour d’autres, il sera question de leçons notamment dans ce que l’on transmet verbalement au monde. Les mots renferment un pouvoir et Mercure rétrograde en Scorpion peut se montrer parfois sentencieux et injustes quand ceux-ci sont prononcés sans conscience.

0 vue