Rechercher
  • Audrey Chevalier

Nouvelle Lune en Sagittaire : prélude à 2020

Les lunaisons de 2019 se sont avérées particulièrement intenses. Les dernières, c’est-à-dire, celles qui nous préparent à 2020 le seront d’autant plus. En effet, 2020 sera probablement une année qui restera gravée dans les mémoires car c’est elle qui nous donnera le coup de d’envoi supplémentaire pour rejoindre les énergies de la 5eme dimension de l’ère du Verseau ; j’en reparlerai lors de la conférence prévue à ce sujet le 10 janvier 2020 (l’événement sera bientôt en ligne). En attendant, cette Nouvelle Lune nous rappelle à notre bon souvenir : celle du mois dernier en Scorpion dont la purge inhérente à ce signe s’est fait ressentir.


La Flamme Jumelle en quête de sens

Le Sagittaire est le plus souvent dans un excès d’optimisme car il est imprégné de la transmutation que suggère le signe précédent : le Scorpion. Pour faire se peut, le Sagittaire enjoint chacun d’entre nous à embrasser une certaine philosophie de vie. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on vit les initiations christiques de la Flamme jumelle. L’âme coincée entre le nettoyage de l’ego qu’elle a effectué en Scorpion et son désir d’élévation vers les étoiles, vit cette période dans l’errance la plus totale. D’un côté, ses pieds sont bien ancrés au sol et de l’autre, elle se sent attirée par le saut de la foi. Ceci est normal car l’âme n’est plus une aspirante en quête d’une vérité extérieure mais elle est désormais un vrai disciple dont l’aspiration est tournée essentiellement vers le Christ. Cette étape de son évolution conduit le plus souvent à se demander quel sens l’on peut donner à la vie. D’un côté, les âmes jumelles en pleine initiation ne se retrouve plus dans les codes sociaux qui les ont pourtant animées à une époque. D’un autre, il y a une aspiration à un monde plus vaste et une volonté certaine de rallier les âmes. D’ailleurs, lors de la rétrogradation de Mercure en Scorpion, elles ont appris à se taire et à ne plus écouter le trop-plein d’informations qui ne font que renforcer le doute ou qui les noie d’autant plus dans l’incompréhension mentale. Ô non, les âmes jumelles dans l’initiation de la Flamme Jumelle portent en elles la mémoire de Babylone et de la multiplicité des langues qui a abouti à l’incompréhension des hommes entre eux. Mais elles ont grandi lors de leur épuration dans le signe précédent et savent au plus profond d’elles que les mots et les paroles ont une vibration non négligeable, qu’elles doivent s’adapter à la langue et les coutumes du voisin pour créer un pont entre elles et lui. Elles développent également de l’intuition, ainsi qu’une véritable perception du symbole et comprennent enfin qu’il vit en chacun de nous. Cela sera d’autant plus vrai lorsque la Pleine Lune sera en Gémeaux mais aussi en 2020 avec l’arrivée de la Licorne et de Mars en Bélier.


La femme s'éveillera

En parlant de Mars, le Dieu de la guerre s’est établi très récemment dans un signe qui lui est familier : le Scorpion. Il s’oppose alors à Uranus rétrograde en Taureau. Pour ma part, je ne perçois pas les oppositions ou carré comme des mauvaises nouvelles, bien au contraire ! Une opposition Mars-Uranus est libérateur quand bien même l’on se sent tiraillés. Cette conjoncture astrale invite donc les femmes à sortir d’une certaine passivité sociale et d’un rôle d’épouse ou de mère auquel elles s’accrochent pour mieux s’identifier à la société ou au couple. Non, il s’agit ici de défendre ses valeurs et de faire face aussi à la violence y compris les abus sexuels qu’elles subissent (renforcé par la conjonction Saturne-Pluton en Capricorne) ; pourrait-on dire ici, les uxoricides dont les chiffres alarmants de l’année 2019 témoignent davantage de la possession amoureuse que de véritable amour. Cependant la rétrogradation d’Uranus rend l’énergie plus introvertie, ce qui donne la place à des marches de grandes ampleurs mais sans débordements émotionnelles et physiques comme celle du 23 novembre lancée par le collectif #NousToutes. Par ailleurs, cette même rétrogradation invite à poser un regard neuf voire presque sage sur la fonction du Féminin qui jamais ne domine mais montre encore plus la voie de l’amour. En effet, la conjonction Saturne-Pluton peut pousser la femme qui ne sait exprimer sa colère à dominer beaucoup plus qu’à transformer ; ainsi le patriarcat n’aurait pas vécu ses derniers jours mais se serait juste paré d’un autre visage. C’est pourquoi Mars en Scorpion, de par l’agressivité nécessaire qu’il représente pour couper le cordon avec ce qui ne sert plus l’évolution, rappelle à Uranus en Taureau que la colère non ruminée mais exprimée verbalement (le Taureau est relié au chakra de la gorge) et physiquement, est nécessaire car c’est par elle que nous nous respectons et obligeons les autres à ne plus franchir les limites de notre territoire. L’expression d’une colère saine et la reconnaissance de traumatismes anciens sont gage de relations respectueuses au cœur de familles et du couples. Ceci se nomme : « faire sa révolution. »


À l’approche de 2020 – dont l’année sera probablement gravée dans les annales – les énergies lunaires sont intenses. Entre grande fatigue et insomnies, maux de ventre et errances, il est évident que le Cosmos nous rappelle qu’il vit en nous et que nous vivons en lui. En Capricorne, il nous obligera à conscientiser les responsabilités qui nous incombent et pratiquer encore l’effort afin de se hisser au sommet de la montagne par le prisme de notre seule volonté. Nous sommes à l’aube de l’effondrement de Babylone, nous sommes à l’aube de 2020…



36 vues