Rechercher
  • Audrey Chevalier

Nouvelle Lune en Verseau : la liberté pour quête

Il n’est pas rare de nos jours d’entendre souvent parler de la Conscience et de l’ouverture à la Conscience. Cette dimension peut nous apparaître quelque peu abstraite et le plus souvent confondu avec ce qui est bien et ce qui est mal. En effet, il réside encore beaucoup au cœur de la pensée humaine une dynamique très binaire voire manichéenne de ce qui est bien et de ce qui est mal. Il en va de même pour l’appréhension que nous avons du karma et la croyance limitante que nous nourrissons à son sujet : l’Univers récompense ou punit ! Que voilà une belle manière de nous couper de notre pouvoir créateur ! La Conscience n’évoque pas les niveaux tels que nous pourrions le penser mais se manifeste par trois de ses dérivées : le subconscient, la conscience personnelle et la conscience collective sont tout autant nécessaires à l’appréhension du Divin en soi. C’est pourquoi, cette Nouvelle Lune va mettre en lumière des énergies issues du Verseau mais également la planète phare de ce signe : Uranus, la Conscience de Dieu.


Vers l’inconnu et au-delà

Quand la Lune et Uranus se rencontrent comme c’est le cas présentement, deux types de conscience s’affrontent : la conscience personnelle par le truchement des besoins émotionnels et corporels avec la Lune, et la conscience collective et des soutiens fraternels avec Uranus. Aussi, et lors de cette lunaison, la période est propice à une véritable remise en question de la place que l’on occupe dans le monde. D’abord la très célèbre conjonction Saturne-Pluton en Capricorne nous renvoie au cœur de notre tour et d’un monde bien connu. Chaque parcelle de son territoire-propre est désormais bien défini. Mais pour une raison qui échappe, voilà que l’esprit vagabonde et se prend à espérer d’un avenir radicalement différent. En effet, là où l’on a toujours attendu l’heureuse solitude, voilà que le désir de créer avec un groupe apparaît ; là où l’on a toujours su être autonome, le Moi s’effondre et aspire à plus de soutiens ; là où l’on se définit le mieux, l'identité semble tout à coup bien obsolète ; ou bien encore, là où l’on savait, nous ne savons plus. Si l’année 2020 est une année qui nous portera hors des sentiers battus, cette lunaison envoie le top départ d’une voie très différente des précédentes, préparant ainsi le terrain pour 2021. Ainsi, et tout au long de l’année, la bienheureuse sécurité apparait désormais comme une enceinte restrictive et enfermante. Par conséquent, la conjoncture astrale met non seulement en lumière les souhaits de l’âme mais aussi le besoin viscéral de les exaucer.

S’affranchir de toutes reconnaissances

Lorsque le Soleil, la Lune et Uranus sont aussi puissants, les planètes mettent en lumière le besoin d’aller explorer davantage la conscience de soi et ainsi, la conscience universelle. Aussi, les limitations de l’ego surgissent afin de les transmuter tel que nous le suggèrent Saturne et Pluton. C’est pourquoi, ces prochains jours peuvent voir apparaître quelques sentiments d’impatience ou d’anxiété généralisée car l’âme va choisir la voie du corps pour exprimer ses besoins profonds. Il y a là une invitation à rencontrer sa propre loi intérieure ; celle qui pousse les individus à sortir des sentiers battus. Cette démarche vers ce « nouveau Moi », va donc obliger l’être à renoncer à bon nombre de loyautés et à se déposséder progressivement de ce qui ne le sert plus. La reconnaissance au sein de son clan en est l’axe principal. Ainsi, l’âme en quête d’un monde hors de son enceinte, telle la Lame le Mat dans le Tarot de Marseille, dépose sur l’autel du passé le patrimoine psychique, quantique, matériel et familial afin de parcourir librement les sentiers de son monde intérieur. En outre, l’être en voie de développer sa conscience à une dimension plus large de lui-même et du cosmos, apprendra à se détacher de la reconnaissance de sa propre personne et de son œuvre au sein même de sa famille. Il devra également apprendre à faire une distinction majeure entre originalité et liberté, entre provocation et indépendance car là où il croira s’être défait du noyau social et/ou familial, là où il aura joué à « Dieu », l’Univers se chargera de lui rappeler la superficialité de ses projets. De même, cette période peut mettre aussi en lumière tout le rejet que l’on éprouve envers la mère, plus précisément : celle qui nous apparaît comme la complice d’un système patriarcal. Aussi, et lors de cette lunaison, la femme devra donc distinguer la lutte qu’elle mène contre un système qui peut s’avérer être une lutte inconsciente contre la mère - et par extension - contre sa propre féminité.


Lors de cette lunaison, nous allons apprendre à conjurer l’impatience qui manifeste un si grand besoin de liberté et la remplacer ainsi par un lien plus profond, plus conscient avec ce que la nature et notre corps nous offrent de plus beau. Cette Nouvelle Lune peut faire émerger une part de Soi tout aussi réelle que le monde connu et qui exige sa place ! S’affranchir des limitations parfois terrestres est une perspective séduisante mais l’être en évolution ne doit pas oublier que la Matière et la métamorphose de la Matière par la volonté de son âme s’associe toujours à une Volonté plus vaste. La leçon d’Uranus en Taureau apparaît alors simplement et nous informe que l’allié le plus précieux afin de se reconnecter à une plus grande dimension de Soi et du Cosmos, consiste seulement à exister.



15 vues