Rechercher
  • Audrey Chevalier

Neptune et le complexe du sauveur

Nous avons tous entendu, un jour, parler du triangle de Karpman qui comprend trois états du Moi : le bourreau, la victime et le sauveur. Trois états, le plus souvent orientés par des névroses, des chocs émotionnels ou encore des émotions non reconnues. Ainsi, ils agissent au niveau inconscient et nous contraignent à endosser l'un de ces rôles. Mais qu'en est-il exactement du Sauveur ?


La fuite en avant

Le Sauveur est le plus souvent associé en astrologie aux Poissons et à Neptune et représente ce que l'on nomme "une inflation du Moi." Lorsque un individu ne sait orienter les énergies de Neptune, endosser le rôle du Sauveur sera l'une de ses principales options. En effet, être un sauveur permet une chose : en sauvant l'autre, nous ne pouvons pas nous rencontrer nous-mêmes et le natif met tout en oeuvre pour ne pas y parvenir. Cet état peut d'ailleurs prendre sa source dans la petite enfance notamment si le petit a vécu un phénomène de parentification, c'est-à-dire qu'il est devenu le parent de ses parents. Cependant, d'autres éléments subsistent comme le besoin inconscient que l'on développe tous dans son enfance : un sentiment de toute-puissance pour assouvir les attentes de ses parents, une croyance dont il faudra se délester tôt ou tard. Dans d'autres circonstances encore, l'enfant ne parvient pas à développer ce qui assurera sa survie et le conduira à l'oubli de soi : l'égoïsme primordial. De toutes ses tendances, le complexe du sauveur en prend sa source mais qu'en est-il au fond ?


Le complexe de Jonas

Le complexe du sauveur est caractéristique du complexe de Jonas, personnage biblique qui refusait d'écouter Dieu jusqu'à ce qu'il soit englouti par une baleine, sous-entendu : il se détournait de son Destin. En effet, le complexe du sauveur a beau prendre sa source dans les différents états mentionnés plus haut, il consiste surtout chez l'individu à fuir sa véritable identité et à s'éloigner de ce qu'il doit réellement accomplir. Il s'agit donc d'un moyen orchestré par l'inconscient qui consiste à sauver l'autre pour ne pas avoir à se sauver soi-même. Dans d'autres circonstances, le besoin de sauver en arrive au masochisme, c'est ce qui va contribuer chez certains individus à rencontrer des partenaires qui feront preuve de négligence à leur endroit. Ainsi, ils confondent soutenir et subir et ne perçoivent pas réellement leurs limites. Par conséquent, le natif se fuit lui-même ; c'est le fameux qui entame des thérapies multiples qui avortent les unes après les autres car tant qu'il refuse d'accomplir sa destinée, il se met en situation d'échec psychologique. En astrologie, nous repérons ces états de fuite avec Neptune et les Poissons mais c'est grâce à la position de la Lune dans le thème que nous savons comment le natif les gère plus exactement.


Les individus qui se murent dans le complexe du Sauveur entretiennent involontairement une inflation du Moi, c'est-à-dire le faux sentiment que ce qu'ils font est bon et se trouve en résonance avec ce qu'il nomme "une mission d'âme." Tout leur travail consiste à reconnaître leur comportement en intégrant progressivement une véritable tolérance à leur endroit. Mars est une clé fondamentale car il est à la fois un facteur d'individuation, la promesse de l'égoïsme primordial dont ils ont besoin mais aussi l'acquisition du courage nécessaire à ce retour vers Soi.


L'étude des transsaturniennes, leurs cycles et les complexes psychologiques qui leur sont associés sont étudiés en deuxième année de formation à l'astrologie humaniste.



133 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout